Je me souviens donc je me trompe

Par défaut

Une émission à voir: Je me souviens donc je me trompe

L’émission Je me souviens donc je me trompe est disponible sur Arte+7 (replay d’Arte) jusqu’au 17 décembre. Cette émission qui porte sur le fonctionnement de la mémoire est particulièrement intéressante. En moins d’une heure, le fonctionnement des souvenirs et surtout des faux souvenirs est présenté.

La science cerne de mieux en mieux les mécanismes de notre mémoire, plus fragile qu’on ne le pense, et donc manipulable. Une enquête troublante sur les infidélités de notre cerveau.

Nous percevons spontanément notre mémoire comme un disque de stockage, qui archive au fur et à mesure les éléments de notre vécu. C’est en effet l’une de ses fonctions, mais si nous pouvons en mesurer empiriquement certaines failles, nous n’en soupçonnons ni la complexité ni la malléabilité. Influençable, la mémoire nous joue en réalité des tours en permanence. Au cours de la vie, des chocs physiques ou psychiques ne cessent d’altérer nos souvenirs proches ou lointains. Dès 1974, une psychologue américaine, Elizabeth Loftus, a mis en lumière ce qu’elle appelle le syndrome des faux souvenirs. Reconstruites à partir de récits a posteriori, nos réminiscences sont suspectes, en particulier celles de la petite enfance. Comment démêler le vrai du faux ? Sommes-nous condamnés à être trahis par notre cerveau ? Du MIT américain à l’université de Louvain en Belgique, des dizaines de chercheurs s’attachent à comprendre les mécanismes de ces distorsions, grâce à l’imagerie cérébrale et aux protocoles expérimentaux.

Lavages de cerveau

En faisant le point sur ces recherches, ce documentaire troublant explore aussi la manipulation de la mémoire. Les neurobiologistes expérimentent aujourd’hui des méthodes pour effacer les souvenirs ou les faire émerger. Si ces innovations semblent encourageantes dans le traitement du stress post-traumatique ou de maladies comme Alzheimer, le réalisateur Raphaël Hitier (Paysages d’ici et d’ailleurs) pointe les possibles dérives de telles pratiques. Des chercheurs du CNRS savent ainsi désormais implanter des souvenirs artificiels chez des souris. Qu’en sera-t-il demain de la mémoire humaine ?

De l’amnésie infantile à la création de faux souvenirs (naturellement ou dirigée), les secrets des souvenirs sont mis en lumière.

Les travaux de d’Elizabeth Loftus sur la mémoire sont particulièrement intéressants: elle travaille sur les faux souvenirs dans l’enfance mais surtout sur les souvenirs des témoins, ce qui pose un réel problème de société. En effet, bon nombre de personnes ont été condamnées suite à des témoignages de témoins oculaires. Cependant, les évolutions techniques et technologiques permettent d’innocenter chaque année des personnes grâce aux tests ADN.

#BTS : La Mémoire/Je me souviens

Une émission particulièrement intéressante pour la thématique de la mémoire.

#Prépa : Les faux souvenirs, un vrai problème?

Je vous invite à vous interroger sur la valeur de la mémoire et des souvenirs et comment vous pourriez réagir face à des patients qui présentent les caractéristiques de faux souvenirs? Comment faire pour déceler le vrai du faux quand il s’agit de témoignages d’enfants ou de personnes qui sont sous l’emprise de souvenirs induits?

Questionnements:

Selon-vous, les nouvelles technologies sont-elles plus fiables lorsqu’il s’agit de garder une trace du passé? Le Big data sauvera-t-il le monde de son amnésie?

 

LIENS

Cette page présente les liens et les données relatives à la mémoire qui sont disponibles sur Arte Future. Allez y faire un tour régulièrement.

Publicités

Procès contre ses parents qui ont diffusé des photos d’elle

Par défaut

Vous connaissez tous ma petite obsession pour le droit à l’oubli et surtout le droit à l’oubli des enfants qui n’ont pas des parents respectueux. Je répète assez souvent que la diffusion des photographies d’enfants sur Facebook ou d’autres réseaux sociaux peut être néfaste. Et j’ai assez râlé contre ces mamans qui participaient au challenge Facebook « Si tu es fière de tes enfants… » de l’année dernière pour qu’on connaisse bien ma position sur la chose. Lire la suite