Comment fonctionne le cerveau?

Par défaut
Chapitre BTS 1/ CHAP. 1 APPRENDRE
Séance S3 Comment fonctionne le cerveau ?
Objectifs Comprendre l’organe qui nous sert à apprendre
Compétences
  • Déduire des pratiques et des comportements pour mieux apprendre.

 

Documents
  • Doc de cours :

 

 

Le cerveau est l’organe essentiel à la vie humaine. Le connaître et apprendre son fonctionnement permet de mettre en place des pratiques et des processus utiles à l’apprentissage.

Comme cela a été dit lors de la première séance, il faut mettre en place lors de sa prise de note, pendant le travail en classe et lors des révisions un certain nombre de pratiques afin de faciliter l’apprentissage. Par exemple, noter la date pour pouvoir créer des connexions entre le contexte, le cours et ce que l’on sait déjà, utiliser des couleurs, être attentif et participer en classe.

Et plus généralement, connaître le fonctionnement du cerveau et de la psyché[1] humaine permet d’aborder les relations intersubjectives[2] de manière plus judicieuse et plus sereine. Depuis les années 90 à peu près, de grandes évolutions ont été faites dans le domaine de l’imagerie cérébrale (notamment avec IRM et tomographie), ce qui a permis un bond considérable en matière de recherches en neurosciences – les sciences du cerveau. La neuropédagogie et la neuromarketing (MUC-NRC) sont deux éléments que nous aborderons cette année.

A.  À quoi sert le cerveau ?

Il existe deux sortes de processus au sein du cerveau, les processus conscients, qui demandent un effort, que l’on sait exister et les processus inconscients qui ne nous sont pas révélés, que nous ne maîtrisons pas, dont on n’a pas conscience. Bien que simplifié à l’extrême, et alors que nous n’avons pas encore découvert tous les mystères que recèlent le cerveau, il est d’ores et déjà possible que le cerveau sert à plusieurs choses.

Ø  Penser, réfléchir.
Ø  Apprendre
Ø  Bouger.

Le siège des mouvements se trouvent dans le cerveau.

Ø  Gérer les fonctions vitales (battements du cœur, régulation de la température, digestion, tous les organes vitaux).

Attention à l’argument de la mort cérébrale ; lorsque celle-ci est effective et totale, le corps doit être maintenu en vie à l’aide de matériels médicaux (respirateurs, perfusions, etc.).

Ø  Ressentir des affects[3].

C’est aussi là que naissent nos émotions et nos sentiments.

B.   Organisation du cerveau.

        I.            Les trois cerveaux.

Le cerveau comporte trois grandes structures, c’est la théorie des trois cerveaux qui se seraient formés au cours de l’évolution. Le premier stade de l’évolution est celui du cerveau reptilien dit « archaïque », partagé avec les reptiles, poissons et oiseaux, cette partie du cerveau sert à réguler les fonctions vitales et instinctives, cela correspond au tronc cérébral aussi appelé mésencéphale. Le système limbique joue quant à lui un rôle particulier dans le comportement et les émotions. C’est là que se trouvent l’hippocampe cerveau3qui joue un rôle dans la mémoire à long terme et la navigation spatiale, l’amygdale qui joue un rôle dans les émotions et l’hypothalamus qui entre en compte dans les processus comme l’appétit ou la sécrétion des hormones mâles et femelles. Enfin, le néocortex (néo = nouveau/ cortex = cerveau) est impliqué dans la perception – ressentir les stimuli extérieurs, la réaction – comme effectuer un mouvement, la pensée et la mémoire.

 

     II.            Communication au sein de l’organe.

Ces trois cerveaux communiquent entre eux et ce découpage n’a pas pour but de montrer qu’il y a des barrières entre ces trois niveaux, au contraire.

En effet, l’hémisphère droit et gauche et chaque partie [4]du cerveau communiquent entre elles.

   III.            La mémoire.

Voici une vidéo diffusée sur France 3, très bien faite qui, en moins de 2 minutes, présente la mémoire.

C’est pas Sorcier, la fameuse émission de France 3 avait fait un reportage sur la mémoire.

Il existe la mémoire sensorielle (se souvenir des odeurs, du goût, des sons, etc.) elle ne nécessite pas d’attention, elle se fait automatiquement, la mémoire à court terme qu’on appelle aussi la mémoire de travail, elle est l’équivalent de la RAM dans un pc et la mémoire à long terme, celle qu’il vous faut travailler pour retenir vos connaissances.

La fonction de l’oubli est primordiale, le cerveau fait souvent le tri et on pense que c’est au cours du sommeil que ce travail de maintenance est effectué.

Les sensations et sentiments entrent eux aussi dans l’apprentissage. Les éléments associés à des émotions fortes seront retenus plus longtemps.

 (…) un jour d’hiver, comme je rentrais à la maison, ma mère, voyant que j’avais froid, me proposa de me faire prendre, contre mon habitude, un peu de thé. Je refusai d’abord et, je ne sais pourquoi, me ravisai. Elle envoya chercher un de ces gâteaux courts et dodus appelés Petites Madeleines qui semblent avoir été moulés dans la valve rainurée d’une coquille de Saint-Jacques. Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d’un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j’avais laissé s’amollir un morceau de madeleine. Mais à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d’extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. II m’avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu’opère l’amour, en me remplissant d’une essence précieuse : ou plutôt cette essence n’était pas en moi, elle était moi. J’avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel. D’où avait pu me venir cette puissante joie ? Je sentais qu’elle était liée au goût du thé et du gâteau, mais qu’elle le dépassait infiniment, ne devait pas être de même nature. D’où venait-elle ? Que signifiait-elle ? Où l’appréhender ? Je bois une seconde gorgée où je ne trouve rien de plus que dans la première, une troisième qui m’apporte un peu moins que la seconde. II est temps que je m’arrête, la vertu du breuvage semble diminuer. Il est clair que la vérité que je cherche n’est pas en lui, mais en moi. […] Arrivera-t-il jusqu’à la surface de ma claire conscience, ce souvenir, l’instant ancien que l’attraction d’un instant identique est venue de si loin solliciter, émouvoir, soulever tout au fond de moi ? Je ne sais. Maintenant je ne sens plus rien, il est arrêté, redescendu peut-être ; qui sait s’il remontera jamais de sa nuit ? Dix fois il me faut recommencer, me pencher vers lui. Et chaque fois la lâcheté qui nous détourne de toute tâche difficile, de toute œuvre importante, m’a conseillé de laisser cela, de boire mon thé en pensant simplement à mes ennuis d’aujourd’hui, à mes désirs de demain qui se laissent remâcher sans peine.Et tout d’un coup le souvenir m’est apparu. Ce goût, c’était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l’heure de la messe), quand j’allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m’offrait après l’avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m’avait rien rappelé avant que je n’y eusse goûté ; peut-être parce que, en ayant souvent aperçu depuis, sans en manger, sur les tablettes des pâtissiers, leur image avait quitté ces jours de Combray pour se lier à d’autres plus récents ; peut-être parce que, de ces souvenirs abandonnés si longtemps hors de la mémoire, rien ne survivait, tout s’était désagrégé ; les formes – et celle aussi du petit coquillage de pâtisserie, si grassement sensuel sous son plissage sévère et dévot – s’étaient abolies, ou, ensommeillées, avaient perdu la force d’expansion qui leur eût permis de rejoindre la conscience. Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir.Marcel Proust, A la Recherche du Temps perdu ; Du côté de chez Swann (1913)

 

    V.            Fiction.

Il est plus facile de se souvenir d’une histoire, une fiction plutôt que d’une suite de données ou un essai. C’est pour cela que le Palais mental, utilisé par le personnage de Sherlock Holmes et un de ses rivaux Magnussen, dans l’excellente série anglaise ou bien encore par Hannibal dans le roman éponyme[5] de T. Harris, est un excellent moyen mnémotechnique[6] pour retenir les choses. C’est d’ailleurs la méthode largement utilisée chez les champions de mémoire[7]. Le Palais Mental, inventé dans l’antiquité pour retenir une somme considérable d’information, l’écriture n’étant pas encore démocratisée, consiste à imaginer un lieu, connu ou inventé, dans lequel on circule mentalement et où sont disposés les éléments que l’on souhaite garder en mémoire. Il suffit ensuite de se raconter son parcours pour se souvenirs des choses que l’on y a déposées.

C.   En déduire des pratiques.

        I.            Mens sana in corpore sano.

Pour mieux apprendre, une bonne hygiène de vie est donc necessaire.

Sans pour autant se transformer en moine ou en consacrant tout son temps au sport, manger sainement – ce qui va dans le ventre va aussi dans le cerveau – pour être en forme et éviter l’intoxication à l’alcool ou autre avant les examens; faire un peu de sport car avec une meilleure oxygenation, le cerveau fonctionne mieux; dormir comme il faut pour là encore être en forme mais parce que l’on pense que le sommeil a une grande responsabilité dans la memorization, sont toujours de bonnes attitudes.

     II.            Créer et renforcer des connexions

En observant la manière dont fonctionne le cerveau, il est possible de mettre en place des trucs et astuces pour faciliter la mémorisation comme:

– mettre la date sur ces cours pour recontextualiser ses souvenirs;

– relier les savoirs que l’on a déjà à ce que l’on acquiert;

– utiliser toutes les formes de mémoire, visuelle, auditive, du mouvement, etc. et les faire fonctionner en même temps pour créer un réseau plus fort;

– bannir le copier-coller.

 

D.  Documents complémentaires :

 

« La localisation fonctionnelle » (Vidéo à 19’ Youtube)

« Le cerveau et ses automatisme » documentaire Arte.

Un site complet, organisé selon trois niveaux de connaissances : http://lecerveau.mcgill.ca

Anne Debroise, Les mystères du cerveau, Larousse, « Petite encyclopédie », 2010.

Notes:

[1] Psyché : Ensemble des composants du moi, esprit humain, principe pensant par opposition au principe vital.

[2] Intersubjectivité : « Entre les sujets », un sujet est une personne, un esprit qui connait, par opposition à un objet qui lui est connu ; en un sens pratique, le sujet de l’action est celui qui est l’auteur de l’action, le responsable de l’action, la définition du sujet philosophique et psychologique se rapproche en cela de la définition du sujet grammatical. L’intersubjectivité est donc ce qui concerne les relations de personne à personne, chaque personne étant considérée du point de vue de sa subjectivité (opinions, croyances, sentiments).

[3] Affects : Ensemble des sentiments et des émotions.

[4] NB Chaque est toujours suivi du singulier.

[5] Qui porte le nom du héros, ici le titre du roman est Hannibal.

[6] Mnémo-/-mnésie-/… : qui se rapport à la mémoire. Par exemple dans amnésie, le préfixe a- signifie l’absence, une amnésie est donc une absence de mémoire.

[7] C’est championnats consiste par exemple à retenir l’ordre dans lequel apparaissent des cartes à jouer classiques en très peu de temps et à le restituer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s